mercredi 15 avril 2020

Je suis des collines roses





 
Je suis des collines roses , loin de la ville qui ne respire plus
Je suis du lac d'émeraude , niché au creux de la forêt inextricable.
Je suis des chemins de poussière qui se perdent sous le ciel de cendre.
Je suis de l'avant-avant, bien avant que tu ne sois venu au monde.
Je suis des cavernes creuses, sans connexion aucune avec vous autres.
Quand la nuit tombe , je grimpe au sommet du volcan jusqu'au bord du cratère
Je chante à mi voix en frappant des morceaux de bois durci au feu
Je danse pour toi, je danse pour nous, je danse pour demain
Je danse pour les oiseaux perdus et les rivières de boue
Je danse pour l'instant qui vient et la lumière qui s'éteint.
Je suis celui qui n'a plus de nom
Je suis celui qui mange les herbes
Je suis celui qui n'a plus de larmes
Je suis celui qui parle aux arbres
Quand vient la pluie je plante les graines
Je suis celui qui attend
Quand les fruits seront murs, je cueillerai
Je suis celui qui a le temps
Quand le moment viendra, je serai prêt
Je suis celui qui veille
Quand le vent, quand le sel ,
Je suis celui qui rêve 
Quand les pierres, quand la neige
Je suis celui qui reste
Quand la nuit, quand l'aurore
Je suis des collines roses.




mercredi 4 décembre 2019

La visite






Devant la maison , les buissons ont tout envahi, et il est difficile d'accéder à la porte. Écarter les branches , elle sait faire , alors point d'angoisse.
Il faut pousser le battant avec l'épaule, le bois a gonflé et frotte sur le sol . A l'intérieur , le couloir droit devant et l'escalier en béton .
Elle a visité tellement de fois cet endroit dans ses rêves , que lorsque elle y entrera un jour , par hasard , elle saura qu'elle est arrivée  . En haut les grands espaces vidés de leur contenu, les couleurs libres et sauvages . Pourquoi hésiter plus longtemps.
Au delà des fenêtres les arbres se balancent et le chat traverse lentement  le chemin. 
C'est l'hiver, mais demain sera bien.
 

dimanche 1 septembre 2019

DEDANS




Dedans :
Je ne sais quoi qui crépite
Acide ronge l'orange
J'ai renoncé à planter les dents
Et pourtant grand soif et faim
A lécher les bords 
Œil entr'ouvert , lèvres impatientes 

Dedans:
Je ne sais trop ce qui m'habite
Aride éponge je mange
J'ai devancé les rôdeurs du temps
Et par bonheur dévalé le chemin
A filer vers le nord
Oreille aux aguets, âme insolente

Dedans:
Je sais très bien ce qui palpite
Humide songe de l'ange
J'ai caressé l'idée d'un roman
Mais suivi la trace des anciens
A creuser encore et encore
Voix éraillée et cœur battant

Dedans


samedi 23 mars 2019

Printemps au pinceau



Travaux en cours....
Carton Cartoons










mercredi 28 novembre 2018

Murs



Marcher à pied 
Longer effleurer
Les murs au passage.