mardi 22 janvier 2013

Bonnes Vibrations franco-allemandes



 Hippie Haustanz 2012



En cette journée de cinquantenaire,
Je me réjouis de pouvoir affirmer 
que l'amitié franco allemande n'est pas une illusion:

Ayant joué à de nombreuses reprises en Allemagne
Ces dernières années ,
Notre spectacle sur le vin,

Nous avons pu vivre cette réalité à travers ces rencontres festives .
 l'occasion de plonger au fin fond de ma mémoire de lycéenne pour y extirper les reliques de rudiments linguistiques
Hélas minés de lacunes,
vocabulaire oublié...
Malgré un soi-disant apprentissage de la 6è à la terminale
la honte!
Nous sommes tellement nuls,
nous les français,
 question langues vivantes ,
Mais il est intéressant de constater qu'en situation d'urgence,
De beaux petits restes surgissent soudain!
Et la communication fonctionne
avec les moyens du bord !

Franchir le fleuve ,
Réaliser à quel point nous sommes proches,
Et qu'il est si bon de vivre ensemble ces moments..



Pour illustrer , quelques documents sur le groupe 


17 HIPPIES ,


 


Qui font de ces liens outre Rhin un partage en musique
Jubilatoire   

Cliquez ci -dessous 
pour danser! 
 Vous réchauffer !
Par les temps qui courent,
C'est un bon remède !




Je n'ai pas encore eu la chance d'assister à l'un de leurs concerts..
Mais j'espère!

Voici les paroles de la chanson mise en écoute :


Das Herz auf der Zunge

Den Fuß in der Tür
Immer entgegen dem
Was niemand will
Wohin, wohin … 'raus ins weite Land

Ich falte aus allem
Was da ist dein Gesicht
Die Kanten geh'n weg
Und das, was du willst
Fällt hier nicht mehr
So groß ins Gewicht

Und dann läufst du 'raus hinaus, es schneit

Das zwischen den Zeilen
Wird verklebt und ist weg
Pardon – was dir bleibt
Ist halt nicht mehr perfekt
Man kann sich nur wundern
Ist längst verloren und lacht

Ich weiss, dass du da bist
Ich weiß, wer du bist
Aber ich mach mir dein Gesicht aus allem, was da ist
Ob du's magst
Oder nicht

Jetzt wird's draußen langsam weiß, es schneit

Das Herz auf der Zunge
Den Fuß in der Tür
Immer entgegen dem
Was keiner will
Wohin, wohin … so weit ich komm'





18 commentaires:

  1. C'est certain! J'ai appris l'allemand première langue, forcémént à Nancy...
    Quand il y a quelques années, j'allais régulièrement à Dûseldorf, j'étais complètement paumée... d'autant plus qu'en Allemagne, je ne parais pas tellement exotique et, me prenant pour une congénère, les autochtones ne voyaient aucune raison pour ralentir leur débit ... Ach so!!... schweinerei!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi aussi , allemand première langue.... première prof, super, mais ensuite la cata... niveau nul , j'en ai essuyé les conséquences au bac à l'oral ..
      mais j'aime les inflexions rythmiques de cette langue, malgré tout ce que l'on peut en dire , je regrette d'avoir quasi tout perdu. j'ai gardé dictionnaire et grammaire , il suffirait...

      Supprimer
  2. Tout à fait d'accord avec toi....l'amitié demeure et l'attraction pour ce pays aussi. "wer geliebt kann nie vergessen...."
    Quant aux bribes de la "Goethes Sprache" restantes, quand il s'agit de manger, on se débrouille bien quand même ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Très chouette cette samba qui mêle toutes les façons de se tortiller en mesure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, tu as vu , cette donzelle emmitouflée est assez époustouflante!

      Supprimer
  4. et zut ich verstande nichts... mise à part Herz !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais le cœur sur la langue ( traduit dans une version que j'ai trouvée par le cœur sur la main ce qui n'est pas tellement la même chose.. ) ou cœur au bord des lèvres est tellement émouvant , cela parle de neige , aussi....

      Supprimer
  5. C'est très bien de passer le Rhin pour aller expliquer aux allemands qu'il n'y a pas que la bière d:)

    Nous, nous aimons aussi la bière et nous allons souvent en Allemagne, tu veux que Margotte (mitt uns) te traduise les paroles ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le vin est délicieux au bord du Rhin , que ce soit sur l'une ou l'autre rive...
      oui, je veux bien la traduction de Margotte !!
      merci d'avance!

      Supprimer
  6. Wunderbar ! ! Et si on tournait sept fois sa crosse avant de tirer une salve ? Comme le chantait Georges Brassens.

    RépondreSupprimer
  7. Voici ce que propose Margotte mais c'est de la poésie alors il est difficile de transcrire ce que voulait dire l'auteur :

    La langue du cœur

    Le pied dans la porte
    Toujours à l'encontre
    De ce que personne ne veut
    Vers où, vers où... sors dans l'immense paysage

    A partir de tout ceci
    Je découvre ton visage
    Les contours s'estompent
    Et ce que tu désires
    Ne pèse plus bien lourd ici.

    Et là, tu te précipites dehors en courant, il neige

    Ce qui est entre les lignes
    S'englue et s'en va
    -Pardon- ce qui te reste
    Est loin d'être parfait.
    On ne peut qu'être étonnés
    Nous qui sommes depuis longtemps perdus.

    Je sais que tu es là
    Je sais qui tu es
    Mais je me sers de tout cela pour composer ton visage
    Que ça te plaise
    Ou non.

    Lentement dehors tout devient blanc, il neige.

    Le cœur sur la langue
    Le pied dans la porte
    Toujours à l'encontre
    De ce que nul ne veut
    Vers où, vers où... aussi loin que je vais.

    RépondreSupprimer
  8. magnifique!!
    merci mille fois!!
    et ces paroles vont si bien avec la musique ...
    je suis vraiment reconnaissante à Margotte d'avoir pris le temps de cette traduction délicate et sensible.

    RépondreSupprimer
  9. J'aime beaucoup 17 hippies.
    Et la langue allemande que j'ai étudiée de loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai tellement perdu , au niveau vocabulaire!!!

      Supprimer
  10. a propos de la langue de goethe..il y a un fossé entre les suisse-allemands et les autres (autrichiens et allemands) un français parlant allemand est toujours apprécié.. on aime son accent!

    RépondreSupprimer
  11. Je me souviens tu avais déjà parlé de ce groupe et j'avais bien aimé... je les retrouve avec plaisir.

    RépondreSupprimer

Une petite trace de votre passage...Merci pour vos visites !