samedi 14 novembre 2015

Se taire ou dire







Je ne regardais pas le match hier soir, crevée, couchée assez tôt après tricotage  devant polar mollasson. aussi , j'ai mis quelques minutes à appréhender vraiment ce que j'entendais , éberluée, sur France Inter en préparant le petit déjeuner..
Maintenant, les commentaires se succèdent , la parole en cascade après les actes affreux , les spécialistes ,et  nous autres , la foule des témoins abasourdis , proches ou éloignés de cette situation de guerre interne déclenchée à nouveau ? Charlie est encore tellement à vif dans notre mémoire.
Que dire , que faire? 
Pour ma part , je n'ai aucun avis éclairé sur la question et je me garderai bien d'ajouter au brassage de blabla ( n'est-ce pas d'ailleurs ce que je suis en train de faire..) qui ne fait qu'amplifier la mousse .
A mon très petit niveau, local, rural , privilégié et protégé , je ressens essentiellement un accablement profond car ces attentats sanglants vont susciter à nouveau une défiance accrue de la part de la masse anonyme des "Français de souche franco-française " à l'égard des autres , vous voyez bien qui.
Et ça , j'en ai l'estomac carrément retourné:
 Je travaille depuis plus de quinze ans dans un quartier classé en ZEP , en y apportant la musique de tous horizons et de tous styles ,chansons , jeux instrumentaux aux enfants et aussi aux enseignants passionnés et investis dans cette école où j'adore aller . 
Alors, j'ai des frissons en me demandant comment les enfants vont ressentir ces évènements .
Quelle image mentale vont il intégrer de ce qui vient de se passer  , où est le bien où est le mal?
Quels discours vont il entendre et devoir absorber et digérer chez eux , en classe , autour d'eux , dans cette petite ville du déjà Sud  , très cool , et même plan-plan , mais où pourtant le FN fait à chaque scrutin , des scores inquiétants....Comment vont ils vivre le regard posé sur eux et leurs familles .

J'aime ce quartier, ces enfants , ces femmes  , ces grands jeunes adultes que j'ai connus petits .
 Nous vivons tous ensemble ici , et c'est ce qui est bon et beau .
La société est une mélange des saveurs et des cultures.

Deux témoins
 un poète et un musicien 

Adonis
et 
Abed Azrié

dont les voix courageuses 
sont un réconfort




 






















 

12 commentaires:

  1. Que faire? Continuer ce que tu fais...Ici dans le "Nord", c'est aussi un bastion du FN et Dreux une ville longtemps tenue par ce parti; une ville à forte densité de gens venus de pays du soleil parce qu'on avait besoin de leur travail et qui ont fait souche.... contrairement à ce que pensent certains, on y a gagné en convivialité... pourtant, dans certains quartiers périphériques où les hommes circulent en djellabah et où les femmes sont voilées, j'ai fortement senti que je n'étais pas la bienvenue alors que j'allais simplement dans un service social départemental. Mais les bureaux se trouvaient dans ces quartiers... alors... que faire?? continuer comme tu le fais à raconter et chanter pour les enfants. Tout ce qui est porteur d'ondes bénéfiques ne peut que contribuer à enrayer le mal

    RépondreSupprimer
  2. Frankie
    Ce qu’écrit pomme est juste continuons les ondes que nous essayons de transmettre et parfois on est pas loin que dérapage car quand on est faible je vois comment çà monde vite quand à a à faire à de l’agressivité mais le seul truc faire du silence en soi et ne pas trahir l’être que nous sommes et surtout ne pas fuir être présent à chaque instant et comme le philosophe parle je vais le réécouter
    Je t’embrasse et merci de ton soutien pendant mon combat pour C. Mille doux baisers

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ces rapprochements humains vont soigner les blessures , et toi Frankie, prends soin de toi.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. oui, c'est au delà de l'imaginable...
      la réalité dépasse les fictions ..

      Supprimer
  4. Non je trouve que par rapport à Charlie ces attentats sont plus "faciles" à vivre pour nos amis musulmans.
    En janvier, je bossais entourée de musulmans qui étaient contre Charlie et contre les caricatures. Tout pouvait porter à divers commentaires.... très durs à entendre
    Les enfants criaient " Je suis Kouachi !"

    Là ça va être difficile d'être d'accord avec ce qui s'est passé, sauf à se signaler totalement pro terroristes
    Il n'est plus question de faire un quelconque lien avec une religion, je trouve. Même si on entend encore des "Allah '" dans la bouche des bouchers. Mais non, on n'est pas sur le même registre qu'avec Charlie. Et les amalgames seront différents, moins crus.

    DE toutes façons on est face à des personnes qui veulent nous éliminer, la religion passe au dernier plan maintenant.


    Même si tout est toujours pretexte à amalgames...Les politiques vont surfer sur les politiques de migrations en général, c'est comme ça que je le vois
    Le tout sécuritaire, etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. au niveau local, c'est assez mou..
      on espère ..

      Supprimer
  5. J'habite à une volée de plombs du stade de France, je suis devenu en quelques décennies "l'étranger" dans ma ville !
    Dormez tranquille brave gens : "tout va bien, tout est sous contrôle" c'est ce qu'on nous a fait croire jusqu'ici.

    RépondreSupprimer
  6. On a besoin de dire qu'on s'aime et que toutet cette violence n'est pas nous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mais on se trouve plongé malgré soi dans cette nouvelle configuration ..
      c'est assez déstabilisant de perdre ainsi ses illusions sur l'utopie d'un monde de solidarité et respect des différences de chacun...
      la réalité est autrement violente
      on tombe de haut..

      Supprimer

Une petite trace de votre passage...Merci pour vos visites !