jeudi 29 novembre 2012

L'affaire est dans le sac..



On lui avait bien dit 
De faire gaffe
Le sac est trop lourd,
Il aurait mieux valu prendre la malle poste du matin.
Mais il n'a voulu en faire qu'à son idée
comme d'habitude.
Résultat:
Se retrouver en rade dans un endroit isolé.
 Avec ce fardeau .
La charrette , une roue cassée,
Basculée dans le fossé
Le cheval enfui
Au triple galop 
Sous la voûte sombre des arbres touffus
Et la nuit tombée 
Sur leur équipage bancal:
Lui le rouspéteur aux petits pieds
Et l'autre ,
Ce grand donneur de leçons ,
La tête farcie de ses phrases bateaux 
Qu'il déroulait comme un chapelet 
Tandis qu’ils s'efforçaient à eux deux,
 de tirer trainer
 Ce fichu sac 
Jusqu'au croisement de la route des collines
Avec celle de la forêt  .






 Le croisement est matérialisé par un poteau de bois
Peint en blanc
Terminé tout en haut par une boule.
Ils y appuient en soupirant
Leur chargement .

Sans doute , avec le soir ,
Passeront bien au moins les attelages des  fermiers du Haut.
"Le Haut", 
Ce sont les terres lourdes qui s'étendent 
Sur le plateau 
Tout près des ruines gallo-romaines.
Deux ou trois maisons disséminées au milieu des champs de maïs.

Il se souvenait encore de certains après- midi frileux 
Passés avec sa grand-mère
Sous un ciel bas et glacé
A glaner les épis oubliés après la récolte .
Leurs pas attentifs entre les rangées coupées,
La sensation qui roule sous le pied  
Le jaune orangé triomphant
Des grains brillants
Surgissant de l'épluchage ,
Le grand panier jeté dans la carriole.

La descente dans la vallée 
Dans le parfum des feux de branches au bout des parcelles.
La fumée se mêlant au brouillard.
L'âne balançant ses oreilles douces.
 






Mais c'est un autre temps que celui-ci.
La nuit s'installe
Avec l'odeur des feuilles mouillées
Et l'autre ne lui a finalement jamais dit 
Ce que contenait ce précieux sac  ..

"C'est mon affaire!"

Lui avait il grommelé ,
Au moment du départ .




17 commentaires:

  1. J'ai compris ! Le sac, c'est nous-même !
    Bizz
    séb h.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh! oui! je suis d'accord avec ton interprétation,
      à un carrefour de notre parcours, chargés de notre sac méli-mélo , accompagnés bien ou non, on se demande parfois si nous sommes sur la bonne route...
      je n'avais pas du tout d'idée particulière en brodant ma petite page, mais ta remarque lui donne une dimension imprévue , c'est le charme des aventures sur des chemins forestiers!
      merci!

      Supprimer
  2. La suite, c'est qu'ils vont tout mettre à sac dans la région d:) ?

    Et que tes illustrations sont belles !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah! ah! , mais peut-être ne sont ils pas les sac- ripants que tu imagines!
      quant aux illustrations je t'en livrerai le secret en aparté ...

      Supprimer
  3. j'aime beaucoup ta nouvelle photo!!
    et merci beaucoup!
    je ne sais jamais trop où je vais quand je commence à imaginer un "truc" à partir de mes dessins..ça vient comme ça peut , mais c'est toujours très court , car il me plait à laisser les narrations à l'imaginaire de chacun.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a été prise lors d'un après-midi de conte... C'est mieux que celle de la wab cam...
      C'est bien de partir sans savoir où...

      Supprimer
  4. Je suis admirative de voir, comment, en quelques mots tu réussis à créer un paysage, une histoire. Tu titilles notre imagination. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a toujours des morceaux de paysages et ambiances de mon enfance qui servent de décor... j'ai vécu près d'une forêt , dans une région où l Automne et l'hiver posaient brumes sur les étangs , avec les cerfs rassemblés pour le brame , tout un climat baigné de mes lectures de cape et d'épée ...

      Supprimer
  5. On attend une suite... Les enfants même grands attendent toujours la fin de l'histoire.
    Et celle ci à peine terminée : "une autre... Papi une autre " ! Je viens de les garder 4 jours ];-D
    Tu racontes bien Crouk'

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'imagine bien racontant à tes fillots , ayant dans l'oreille ta voix entendue sur blogbo, tu ne dois pas être à court de péripéties dans tes récits...ils ont bien de la chance ,
      pour le moment , avec les miens jumeaux, vu leur âge , c'est encore au niveau des comptines gestuées, mais avec V., on se régale!!
      Mais pour l"heure, non , pas de suite mon cher!!!
      imagine un vieux livre jauni, trouvé aux puces , auquel il manque les 3/4 des pages!!!

      Supprimer
  6. Bien jolies histoire et illustrations.

    RépondreSupprimer
  7. Dans mes histoires la cabro de Moussu Seguin, elle ne mourait pas aux premières lueurs... Elle encornait le vilain leu, qui partait la queue entre les jambes... Non mais !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu as raison, on a bien le droit d'arranger les choses! non mais!!

      Supprimer
  8. Merci, Berthoise!
    Le gel et froid coupant sont arrivés chez nous..
    Rien ne vaut un bon feu dans la cheminée en laissant vagabonder son imaginaire..

    RépondreSupprimer
  9. Je te retrouve dans ce que tu aimes faire et si bien. Raconteuse des grands chemins, des recoins sombres et faribredaines aux personnages à croquer. Je veux encore des illustrations de Croukou !

    RépondreSupprimer
  10. je suis en train de déblayer mon atelier, ressortir tous mes tubes de peinture à l'huile!! Olé!!

    RépondreSupprimer

Une petite trace de votre passage...Merci pour vos visites !