samedi 20 novembre 2010

Le Pourquoi du Crocodile / 1

monotype à l'huile /fragment/ 2010


Elle savait que la soirée serait pourrie, mais bon.
Invitée au dernier moment par Alex à les rejoindre dans ce trou paumé , elle avait juste eu le temps de sauter dans le train de banlieue avec son sac  .
La journée de travail avait été plus agréable que d'habitude . La boutique de souvenirs de la gare centrale offrait un poste d'observation génial sur la fourmilière grouillante qu'était ce lieu de transit , c'était une aubaine d'y avoir trouvé ce job de vendeuse -étalagiste . Elle ne perdait pas une miette des micro-évènements qui se succédaient dans l'espace déployé sous ses yeux , scène immense d'un théâtre improvisé.
Depuis la rentrée , son projet de court-métrage était au point mort et elle comptait sur ces prochains mois pour trouver des idées piochées dans son vécu quotidien.
Les financeurs n'attendraient pas éternellement l'ébauche d'un scénario capable de faire tintinabuler leur escarcelle...
Toute aventure était bonne à prendre . Elle en était venue à collectionner tout et rien , elle avait à cet effet un petit carnet toujours glissé dans la poche .
Elle notait à la volée , de son écriture baclée, des mots en vrac qu'elle n'était jamais sure de pouvoir déchiffrer ensuite , mais qui étaient comme des balises dans le dédale de son inspiration défaillante. Chaque soir , elle ouvrait les pages et essayait de raccrocher les phrases entre elles : description d'un visage collé à la vitrine de sa boutique , image insolite d'un couple entre deux âges assis sur leurs valises , en plein milieu du passage , insensibles au brouhaha et à la bousculade : La dame, plutôt guillerette ,les chevilles ornées de chaussettes bleu turquoise épluchait soigneusement des quartiers de pomme qu'elle tendait au fur et à mesure à son compagnon qui les engloutissait d'un geste mécanique. Cette image paisible , quasi campagnarde l'avait remplie de gaité pour le reste de la journée.
A 18h30, elle avait actionné le rideau métallique qui protégeait son lieu de travail et , se mêlant aux travailleurs sur le retour , était montée dans le train vers cette invitation .
Alex était son cousin .
Le cousin trouvait que la cousine virait troglodyte , alors il s'évertuait à la tirer de sa grotte pour voir du monde .
"Le monde , pour ce qu'il est folichon!"
Elle se cala contre son sac et décida de s'offrir une petite sieste voyageuse.

13 commentaires:

  1. J'ai hâte de connaître la suite...

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Croukougnouche (t'as rien trouvé de plus long comme pseudo ?)
    Je monte dans le train de l'histoire, moi aussi ...
    Suis allée voir la tarte au citron, Hmmmmm!
    Et le billet des 2ans : Bon Anniversaire !... et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  3. Solveig:
    Croukougnouche , elle remonte à très longtemps , toute une histoire , en fait....merci pour tes voeux d'anniversaire!

    RépondreSupprimer
  4. Le poste d'observation privilégié, la sieste voyageuse, je prends ! A bientôt !

    RépondreSupprimer
  5. Olivier:
    bonjour du Dimanche!
    Ne sois pas trop pressé car , comme tu l'as un peu deviné , j'invente au fur et à mesure ... il faut que ça mijote ...

    RépondreSupprimer
  6. "Une petite sieste voyageuse" )) Je retiens la formule.

    RépondreSupprimer
  7. Un début prometteur qui m'incite à attendre la suite........
    j'ai hâte de voir ce que va devenir cette presque troglodyte !!!!!
    ***************************
    à voir sur mon blog "bis" quelques petits meubles et objets à chiner !
    **************
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. C'est une grâce que de pouvoir inventer au fur et à mesure.J'attendrais avec patience la suite...
    Didier

    RépondreSupprimer
  9. Virer troglodyte...un masque sur le visage et le rythme du train de banlieue.
    Souvent mes yeux se ferment...

    C.C

    RépondreSupprimer
  10. Chouette le titre !! Ils te viennent en préambule sur une intuition géniale ? ils te guident ?

    RépondreSupprimer
  11. Le titre à une raison intinsèque que vous découvrirez le moment venu....mais faute de temps détendu et élastique , cette histoire va aller à petite vitesse , par la force des choses, car je suis carrément submergée par les impératifs de toutes sortes en ce moment.... vous devrez donc patienter un peu..

    RépondreSupprimer

Une petite trace de votre passage...Merci pour vos visites !